L'agriculture urbaine pour une agroécologie des villes

Dans la diversité des formes qu’elle prend (cinq méta-types sont distingués et brièvement présentés) l’agriculture urbaine rencontre fréquemment différents volets de l’agroécologie, des pratiques culturales aux systèmes alimentaires. Elle s’en réclame cependant rarement, préférant d’autres références, de la permaculture au vertical farming. Le développement rapide de microfermes intra ou périurbaines, agroécologiques de fait, souvent fortement soutenues par les villes, questionne aujourd’hui la recherche, notamment sur les conditions de leur durabilité.

La diversité des pratiques agricoles pour une diversité de l'agroécologie

Quand on parle d’agroécologie, on cherche souvent à promouvoir un système particulier – l’agroforesterie, la permaculture, la biodynamie…- En fait, la démarche agroécologique repose davantage sur des principes que sur la définition de systèmes bien typiques. Dès lors, il n’y a pas un système agroécologique dont on devrait rechercher l’extension, mais une diversité de pratiques, correspondant à l’application, dans le cadre d’objectifs généraux partagés, de certains principes de certaines connaissances, scientifiques et empiriques, adaptées à une diversité de contextes.

L'agriculture mesurée au service de l'agroécologie

Le développement de l'agriculture numérique répond à des enjeux sociétaux et économiques majeurs : optimiser la production agricole pour limiter les impacts environnementaux (adaptation des variétés à l’environnement, protection des cultures et production animale durables) et insérer l’agriculture numérique dans l’ensemble de la société (conseil et services aux agriculteurs, développement agricole dans les pays du Sud, etc). L’utilisation coordonnée des nouvelles technologies (capteurs, drones, robots, agriculture connectée, etc.) permet de mieux accompagner les agriculteurs dans le pilotage de leurs exploitations mais aussi de répondre aux défis posés par les changements climatiques, la détérioration de l’environnement et l’épuisement des ressources naturelles.

L’agroécologie opérateur de changement des relations entre agricultures et société

L’agro-écologie est devenue populaire dans le paysage agricole français avec le Plan Agro-écologique pour la France. Si on peut certes l’appréhender comme un projet politique fondé sur la réflexion de scientifiques, d’experts et d’acteurs engagés dans la critique du productivisme agricole, il convient de l’appréhender aussi – et de plus en plus- comme une pratique de développement agricole fondé sur des collectifs d’agriculteurs et des intervenants variés. On peut noter également que les consommateurs-acteurs impliqués dans la refonte de leur modes de consommation alimentaire sont sensibles aux débats que l’agro-écologie convoque. On pourrait donc vouloir célébrer l’agro-écologie, mais il convient d’abord de comprendre comment ceux qui la pratiquent avec différentes visions, la discutent ou la contestent font bouger les lignes des relations entre agricultures et société. Un regard sociologique sur les dynamiques de changements en cours peut le permettre.

1 / 2

Please reload

cliquez sur les flèches pour accéder aux autres mini-conférences